L’IFI ou impôt sur la fortune immobilière est également appelée le nouvel ISF Macron. En effet, celui-ci avait proposé une réforme de l’ISF lors de sa campagne électorale. Quels seront alors les avantages et les inconvénients par rapport à ce nouveau type d’impôt ?

Principes de l’IFI

L’IFI touchera donc, comme son nom l’indique, l’immobilier. Par conséquent, les valeurs mobilières telles que les actions, les épargnes et les fonds d’investissement financiers ne seront pas assujetties au paiement de l’IFI. Les propriétaires de bateaux et de voitures, les souscripteurs à des contrats d’épargne et à des placements financiers ne sont donc plus concernés par la déclaration de l’IFI.

Toutefois, la question se pose quant à l’application de l’IFI pour les actifs reposant à la fois sur les valeurs mobilières que sur l’immobilier, telles que les SCPI (sociétés civiles de placement immobilier), les SCI (sociétés civiles immobilières), ou encore les OPCI (organismes de placement collectif immobilier).

La date d’entrée en vigueur de l’IFI est prévue vers 2019 ou même éventuellement en 2018 selon le président Macron. Par ailleurs, le barème de l’IFI est le même que celui de l’ISF, avec les six tranches d’imposition par rapport à la valeur nette imposable. Il en est de même pour le seuil d’imposition.

Les gagnants et les perdants

Le but de la réforme est d’encourager les particuliers à investir dans les fonds d’investissements destinés à relancer l’économie, tout en continuant à exploiter l’immobilier. Les investisseurs sont donc encouragés à faire croître leur patrimoine de valeurs mobilières afin de bénéficier d’une diminution de leur impôt.

Pour ceux dont le patrimoine en revanche est constitué majoritairement de biens immobiliers, il serait judicieux de rééquilibrer son portefeuille en y plaçant plus de valeurs mobilières. De plus, la donation de la nue-propriété doit se faire tôt afin de diminuer sa valeur et donc de la taxation à l’IFI.

source : simulation-impots.eu